Dernières recettes

Le fluorure dans notre eau peut être lié à la prise de poids et à la dépression

Le fluorure dans notre eau peut être lié à la prise de poids et à la dépression

Une nouvelle étude britannique a révélé que des niveaux élevés de fluorure conduisent à une thyroïde sous-active, provoquant une dépression et une prise de poids

Wikimedia Commons

En tant qu'enfants, on nous donnait toujours de l'eau avec une dose supplémentaire de fluorure, mais cela faisait-il plus de mal que de bien ?

Le fluorure : c'est l'additif que nous connaissons tous. Mais est-ce que le fluorure faire plus de mal que de bien? Une étude britannique récente a révélé que les résidents des communautés où l'eau potable contient des niveaux élevés de produit chimique sont plus susceptibles d'avoir une thyroïde sous-active. Une thyroïde sous-active est liée à la dépression et à la prise de poids, entre autres problèmes de santé. Des scientifiques de l'Université du Kent ont analysé 98 pour cent des cabinets de médecine générale en Angleterre et ont constaté que l'hypothyroïdie est susceptible de se produire à 30 pour cent si l'eau potable publique a des niveaux élevés de fluorure.

Après leurs découvertes, les scientifiques ont averti les responsables de la santé publique de reconsidérer l'ajout de fluorure dans l'eau potable et d'arrêter complètement, si possible. « Il faut envisager de réduire l'exposition au fluorure, et les interventions de santé dentaire publique devraient arrêter ceux qui dépendent du fluorure ingéré et passer à des interventions topiques à base de fluorure et non à base de fluorure », a déclaré le professeur Stephen Peckham, chercheur principal, dans un communiqué.

Pourtant, selon le Daily Mail, Public Health England a ignoré les avertissements, affirmant que la méthodologie de recherche était imparfaite.

"La totalité des preuves, accumulées au cours de décennies de recherche, nous dit que la fluoration de l'eau est une mesure de santé publique sûre et efficace, et ne montre aucune association avec une fonction thyroïdienne réduite", Dr Sandra White, directrice de la santé publique dentaire à Public Health England , a déclaré Russia Today.

Bien qu'il existe peu de régions d'Angleterre où du fluorure est encore ajouté à l'approvisionnement en eau, les partisans du composé estiment qu'il est non seulement sûr, mais qu'il pourrait également prévenir la carie dentaire. Les opposants estiment que le fluorure de sodium, lorsqu'il est consommé à fortes doses, est toxique au fil du temps.


Prendre du poids? Votre médicament peut être à blâmer

Prendre du poids ou avoir du mal à perdre du poids est frustrant. Vous pourriez avoir l'impression de faire toutes les bonnes choses : manger des aliments sains, faire de l'exercice, tenir des registres alimentaires, dormir suffisamment, etc. Pourtant, malgré tous vos efforts, l'échelle ne semble pas bouger. Ce qui donne? Il y a tellement de facteurs qui affectent notre poids, et la nourriture n'est pas toujours le coupable. L'un des facteurs qui peuvent, en partie, contribuer à une certaine prise de poids est la médication.

Le lien entre les médicaments et le poids
Si vous souffrez de diabète, il y a de fortes chances que vous preniez une forme de médicament. Ce pourrait être un médicament pour vous aider à gérer votre glycémie. Vous pourriez également prendre des médicaments pour contrôler votre tension artérielle ou votre taux de cholestérol. Et vous pourriez même prendre un médicament pour vous aider à mieux faire face au stress d'une maladie chronique. Bien que tous ces médicaments soient efficaces (ou alors pourquoi les prendriez-vous ?), la réalité est que, comme tous les médicaments, certains d'entre eux ont des effets secondaires qui peuvent rendre difficile l'atteinte de votre objectif de poids ou même conduire à une prise de poids. Gain. Pour être plus précis, ces médicaments pourraient :

• Relancez votre appétit, vous obligeant à manger plus que d'habitude
• Ralentissez votre métabolisme pour brûler moins de calories
• Affecte la façon dont le glucose est stocké dans le corps, entraînant une augmentation du stockage des graisses
• Provoquer une rétention d'eau
• Vous faire sentir fatigué ou léthargique, ce qui peut vous empêcher d'être aussi actif que vous le souhaiteriez

Les coupables probables
Les médicaments suivants sont ceux qui sont le plus susceptibles d'affecter votre poids. Cependant, il est important de garder à l'esprit que tout le monde ne prendra pas de poids en les prenant. Et, comme pour tout médicament, n'arrêtez pas de le prendre sans en parler d'abord à votre fournisseur de soins de santé.

Médicaments contre le diabète
Insuline: L'insuline est probablement le médicament le plus efficace qui soit pour vous aider à gérer votre glycémie. Le principal effet secondaire de l'insuline est une hypoglycémie (hypoglycémie), mais certaines personnes constatent que lorsqu'elles commencent à prendre de l'insuline, elles prennent du poids. Il y a deux raisons à cela. Premièrement, l'insuline est appelée hormone anabolique, ce qui signifie qu'elle favorise le stockage de l'excès de glucose, de graisse et de protéines. Ainsi, toutes les calories que vous ne brûlez pas sont stockées sous forme de graisse. Deuxièmement, comme je l'ai mentionné, l'hypoglycémie est un effet secondaire possible, et un faible taux de sucre fréquent peut rapidement entraîner une prise de poids, car pour traiter l'hypoglycémie, vous devez manger ou boire quelque chose qui contient des glucides. Jus, tablettes de glucose, bonbons et mdash, tous contiennent des calories.

Sulfonylurées : Le glipizide (noms de marque Glucotrol, Glucotrol XL), le glyburide (DiaBeta, Glynase, Micronase) et le glimépiride (Amaryl) sont des exemples de sulfonylurées. Ces médicaments provoquent la libération d'insuline par le pancréas et peuvent, dans certains cas, entraîner une prise de poids. Ils peuvent également provoquer une hypoglycémie.

Thiazolidinediones (TZD) : La pioglitazone (Actos) et la rosiglitazone (Avandia) sont des TZD et elles aident à augmenter la sensibilité du corps à l'insuline. Le gain de poids de ces médicaments peut être attribué à une augmentation de la production de cellules graisseuses, ils peuvent également provoquer une rétention d'eau.

Médicaments pour la tension artérielle : Tous les médicaments antihypertenseurs ne provoquent pas de prise de poids. Mais certaines des anciennes versions des bêta-bloquants (propranolol [Inderal, Hemangeol et autres], métoprolol [Lopressor, Toprol XL et autres] et aténolol [Tenormin]) peuvent le faire. Ces médicaments sont également utilisés pour traiter d'autres affections, telles que l'insuffisance cardiaque, le glaucome et l'anxiété. Le gain de poids n'est généralement pas beaucoup et peut-être quelques livres. Heureusement, certaines des nouvelles formes de bêta-bloquants, ainsi que les inhibiteurs calciques, ne provoquent pas de prise de poids.

Corticoïdes : Également connues sous le nom d'hormones stéroïdes, ces médicaments puissants sont prescrits pour de nombreuses affections. Ils ont un effet anti-inflammatoire, ce qui les rend adaptés au traitement d'affections telles que l'asthme, l'arthrite, le lupus, la vascularite et les maladies inflammatoires de l'intestin (telles que la maladie de Crohn). La prednisone et l'hydrocortisone sont des exemples de corticostéroïdes. Si vous prenez ces médicaments à court terme, la prise de poids peut ne pas être un problème. Mais de nombreuses personnes doivent les prendre pendant de longues périodes, ce qui peut augmenter les chances de prendre du poids. Les corticostéroïdes entraînent une prise de poids en affectant le métabolisme et en augmentant l'appétit. De plus, ces médicaments peuvent provoquer une redistribution des graisses dans le corps, entraînant un excès de graisse dans l'abdomen, le visage et la nuque. L'excès de poids est généralement perdu une fois le médicament arrêté.

Antidépresseurs : Si vous souffrez de dépression, il est fort probable que l'on vous prescrive des médicaments. Il existe de nombreux médicaments utilisés pour traiter la dépression, et ils peuvent être très efficaces. Cependant, environ 25 % des personnes qui prennent un antidépresseur prendront du poids (peut-être 10 livres ou plus). On pense que ces médicaments peuvent ralentir le métabolisme, augmenter l'appétit et entraîner des fringales de glucides. Voici les médicaments les plus susceptibles de faire grossir :

ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) : citalopram (Celexa), paroxétine (Paxil), fluoxétine (Prozac), fluvoxamine (Luvox), sertraline (Zoloft), escitalopram (Lexapro)
Tricycliques : dont amitriptyline, imipramine (Tofranil), nortriptyline (Pamelor)
Inhibiteurs de la MAO : dont la tranylcypromine (Parnate), la phénelzine (Nardil)
Lithium: dont Eskalith, Lithobid

Antihistaminiques : Si vous faites partie des 50 millions d'Américains qui souffrent d'allergies, vous prenez peut-être un antihistaminique. Aussi efficaces qu'elles puissent être, elles aussi peuvent entraîner une prise de poids, probablement parce qu'elles ont tendance à stimuler l'appétit. Une étude a révélé que l'utilisation d'antihistaminiques était liée au surpoids et à l'obésité. Les médicaments contre les allergies en vente libre tels que la cétirizine (Zyrtec) et la fexofénadine (Allegra), par exemple, peuvent entraîner une prise de poids d'environ 10 livres.

D'autres médicaments, tels que les somnifères comme la diphenhydramine (Benadryl, Unisom et autres), les médicaments antipsychotiques, les médicaments antiépileptiques, les contraceptifs oraux et l'hormonothérapie substitutive peuvent également entraîner une prise de poids. De plus, certains de ces médicaments peuvent également augmenter la glycémie.

Prochaines étapes
• Si vous avez pris du poids et que vous prenez l'un des médicaments mentionnés ci-dessus, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé. Il existe des alternatives pour bon nombre de ces médicaments, et votre fournisseur peut être en mesure de passer à une autre classe de médicaments. Cependant, préparez-vous à la réalité que les médicaments sont souvent prescrits, en partie, en fonction de ce que couvre votre régime d'assurance-maladie.

• S'il n'est pas possible de passer à un autre type de médicament, voyez si vous pouvez prendre une dose plus faible.

• Concentrez-vous sur le choix d'aliments sains et le contrôle des portions. Parler avec un diététicien peut aider.

• Mettez un point d'honneur à être actif. L'activité physique peut grandement vous aider à gérer votre poids et à augmenter votre niveau d'énergie (et votre humeur).

• Posez des questions lorsqu'un nouveau médicament est prescrit. Découvrez quels sont tous les effets secondaires possibles et s'il existe d'autres options.

• Avertissez votre fournisseur si vous prenez du poids rapidement. Cela peut être dû à la rétention d'eau.

Lisa Shepard est infirmière autorisée et maman d'une fille atteinte de diabète de type 1. Ajoutez DiabetesSelfManagement.com à vos favoris et connectez-vous demain pour en savoir plus sur elle.

Avis de non-responsabilité : Vous comprenez que les articles de blog et les commentaires sur ces articles de blog (qu'ils soient publiés par nous, nos agents ou blogueurs, ou par les utilisateurs) ne constituent pas un avis médical ou une recommandation de quelque nature que ce soit, et vous ne devez vous fier à aucun informations contenues dans ces messages ou commentaires pour remplacer les consultations avec vos professionnels de la santé qualifiés pour répondre à vos besoins individuels. Les opinions et autres informations contenues dans les articles de blog et les commentaires ne reflètent pas les opinions ou les positions du propriétaire du site.


Des études établissant un lien entre le fluorure dans l'eau et les problèmes de santé incitent l'Australie à procéder à un examen

Les autorités sanitaires australiennes examinent le cas du fluorure dans l'eau potable au milieu des inquiétudes que les preuves scientifiques soutenant que les avantages et les risques pour la santé des personnes pourraient avoir changé.

Alors que la plupart des Australiens consomment régulièrement de faibles quantités de fluorure depuis qu'il a été ajouté à l'eau potable dans les années 1960 et 1970 pour prévenir la carie dentaire, plusieurs études controversées ces dernières années ont suggéré que le minéral pourrait être lié à une baisse de l'intelligence chez les enfants et à des problèmes de thyroïde qui peut entraîner une prise de poids, de la fatigue et de la dépression.

Les bienfaits pour la santé du fluorure dans l'eau potable ont-ils été surestimés?

Mardi, le Conseil national de la santé et de la recherche médicale a révélé qu'une étude de 2012 liant des niveaux très élevés de fluorure à un faible QI chez certains enfants chinois l'avait incité à commander un examen des effets sur la santé de la célèbre intervention de santé publique.

Un porte-parole du NHMRC a déclaré que si l'étude chinoise augmentait les inquiétudes concernant la sécurité du fluorure et la neurotoxicité potentielle pour les enfants, elle a été menée dans un pays avec des niveaux naturels de fluorure très différents qui ne sont pas observés en Australie, ce qui signifie que « des soins doivent être exercés. dans l'interprétation des résultats".

De plus, l'étude publiée dans la revue Perspectives de santé environnementale a identifié de l'eau potable avec des concentrations de fluorure allant jusqu'à 11,5 mg/L en Chine. En Australie, le niveau recommandé est de 0,6 à 1,1 mg/L.

Néanmoins, le NHMRC a établi un groupe de référence sur le fluorure l'année dernière et a chargé des chercheurs de l'Université de Sydney d'évaluer de nouvelles preuves d'ici la mi-2015. Un projet de déclaration sur leurs conclusions est attendu d'ici la fin de l'année.

Jusque-là, le NHMRC déclare que son examen de 2007 des peuplements de fluoration montre qu'il est sûr et efficace pour prévenir la carie dentaire et qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour étayer tout autre « dommage mesurable pour la santé humaine ».

"Le seul dommage potentiel associé à la fluoration de l'eau est la fluorose dentaire [marbrures ou taches sur les dents], et cela peut être minimisé par une régulation prudente de la concentration de fluorure dans l'eau fluorée à des niveaux visant à prévenir la carie dentaire", a déclaré le porte-parole.

Mercredi, le directeur général du NHMRC Warwick Anderson a suggéré que l'examen avait lieu conformément à son engagement de mettre régulièrement à jour les déclarations sur les questions de santé et qu'il était peu probable qu'il change sa position sur la sécurité de la fluoration de l'eau.

" Sur la base des travaux déjà menés dans le cadre de l'examen, le NHMRC devrait maintenir son soutien à la fluoration des approvisionnements en eau aussi efficace et sûr ", a déclaré le professeur Anderson dans un communiqué.

Mardi, des chercheurs britanniques ont appelé les autorités sanitaires à reconsidérer leur programme de fluoration de l'eau après qu'une nouvelle étude ait établi un lien entre le fluorure et des taux plus élevés d'hypothyroïdie - une fonction thyroïdienne faible qui ralentit le métabolisme et peut provoquer fatigue, prise de poids et dépression.

L'étude observationnelle publiée dans le Journal of Epidemiology & Community Health (une revue spécialisée publiée par le groupe British Medical Journal) a rapporté que les cliniques de médecine générale dans les zones où l'eau est fluorée étaient presque deux fois plus susceptibles de signaler des taux élevés d'hypothyroïdie que les cliniques dans les zones sans fluoration de l'eau.

Bien que les chercheurs n'aient pas prouvé que le fluorure était à l'origine de la maladie, ils ont déclaré que leurs résultats devraient être "une cause importante de problème de santé publique" et devraient inciter les gens à subir un test de dépistage de la maladie.

Mais David Coggon, professeur de médecine du travail et de l'environnement à l'Université de Southampton, a déclaré que l'étude était très discutable.

" Selon les preuves épidémiologiques, c'est à peu près aussi faible que possible ", a-t-il déclaré.

« Il est tout à fait possible que l'association observée soit une conséquence d'autres façons dont les zones à plus forte teneur en fluorure diffèrent du reste du pays. Il existe des méthodes épidémiologiques beaucoup plus rigoureuses par lesquelles l'équipe de recherche aurait pu tester son idée », a-t-il déclaré.

Un porte-parole du ministère de la Santé de Victoria a déclaré : " L'ajout de fluorure aux approvisionnements en eau potable est universellement soutenu par toutes les principales autorités sanitaires. "

À Victoria, 90 % de la population a accès à de l'eau potable fluorée.


Avantages de l'eau alcaline

Bien qu'il y ait encore un manque de recherche scientifique prouvée, divers partisans de l'eau alcaline prétendent croire aux avantages suivants de l'eau alcaline :

    l'eau a des propriétés ultra-hydratantes par rapport à l'eau normale. Cela peut être une boisson bénéfique pour les personnes qui s'entraînent quotidiennement et qui ont besoin de plus d'eau dans leur corps. Scientifiquement parlant, les molécules d'eau dans l'eau alcaline sont plus petites et plus facilement absorbées par vos cellules, ce qui aide votre corps à se réhydrater rapidement.
  1. Les avantages de l'eau alcaline incluent également le renforcement de l'immunité. Votre système immunitaire peut aider à neutraliser l'acidité de votre corps, qui est causée par une mauvaise alimentation, le stress et les toxines environnementales.
  2. On dit que l'eau alcaline contient divers minéraux comme le magnésium et le calcium, qui sont tous deux importants pour maintenir des os sains.
  3. L'eau alcaline contient de nombreux antioxydants puissants qui aident à empêcher la croissance de radicaux libres endommageant les cellules dans le corps, ce qui peut accélérer le processus de vieillissement.
  4. L'un des avantages les plus importants de l'eau alcaline est qu'elle neutralise l'acidité de notre corps en abaissant la teneur excessive en acide dans l'estomac et le tractus gastro-intestinal.

Avantages de l'eau alcaline : l'eau ordinaire est la meilleure pour la plupart des gens, car il n'y a aucune preuve scientifique

Effets secondaires de l'eau alcaline

Bien que l'eau alcaline soit considérée comme sûre pour la consommation, elle peut également avoir des effets secondaires négatifs. L'un des effets secondaires est que même si cela peut alcaliniser votre corps, il est possible qu'une consommation excessive ruine les acides naturels de votre estomac, tuant les bonnes bactéries. De plus, une alcalinité excessive dans votre corps peut causer des problèmes au niveau du tractus gastro-intestinal et de la peau.

Comment faire de l'eau alcaline

Comment faire de l'eau alcaline avec du bicarbonate de soude ?

Pour faire de l'eau alcaline, utilisez du bicarbonate de soude qui est de nature alcaline et a un pH de 9. Pour environ quatre litres d'eau ou un gallon d'eau, mélangez une demi-cuillère à soupe de bicarbonate de soude. Agitez l'eau jusqu'à ce qu'elle se dissolve complètement. Une fois qu'il se dissout, avalez un verre.

Avantages de l'eau alcaline : utilisez du bicarbonate de soude qui est de nature alcaline et a un pH de 9

Comment faire de l'eau alcaline avec du citron ?

Le citron est de nature acide, mais il a un pH inférieur à 7. Lorsqu'il est ajouté à l'eau, consommé et entièrement métabolisé, son effet est alcalinisant et augmente donc le pH dans le corps au-dessus de 7, ce qui est alcalin. C'est surtout pourquoi on nous demande de démarrer nos matinées avec un verre d'eau citronnée.

L'eau alcaline peut être bonne pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin avant de passer à celle-ci.


8 médicaments qui peuvent entraîner une prise de poids, selon les médecins

De plus, les mesures exactes que vous pouvez prendre si vous remarquez que les kilos s'accumulent.

Cet article a été examiné médicalement par Rekha Kumar, M.D., médecin agréé, professeur adjoint de médecine et membre du Conseil d'examen médical de la prévention, le 10 novembre 2019.

Lorsque votre médecin vous prescrit un médicament sur ordonnance, la lecture de la liste des effets secondaires potentiels peut être intimidante. Bien qu'il puisse être tentant d'ignorer complètement ces petits caractères, les avantages d'être sur le médicament l'emporteront probablement sur les négatifs possibles et les experts conviennent qu'il est toujours important de savoir à quoi vous pourriez faire face. Un commun ? Gain de poids.

« Il existe certains médicaments connus pour entraîner une prise de poids, mais cela ne signifie pas que si vous en prenez un, la prise de poids est inévitable », déclare Prudence Hall, MD, gynécologue intégrative au Hall Center de Santa Monica, en Californie. vous savez que les médicaments que vous prenez peuvent vous faire prendre du poids, vous pouvez prendre des mesures pour éviter que cela ne se produise.

Shilpi Agarwal, M.D., un médecin de famille certifié à Washington, DC, est d'accord. &ldquoMa plus grande recommandation est de vous assurer d'obtenir un poids de départ précis avant même de remplir l'ordonnance, et une fois que vous commencez à le prendre, vérifiez à nouveau votre poids dans deux semaines,» dit-elle. "Beaucoup de gens prennent du poids sans même s'en rendre compte, et si vous ne le prenez pas avant six semaines, cela pourrait signifier que vous prenez 10 livres ou plus."

Mais même si vous commencez à prendre du poids, vous devriez toujours parlez-en à votre médecin avant de modifier votre routine. "Les médicaments ne doivent pas être arrêtés, en particulier les médicaments psychiatriques sans la supervision du psychiatre prescripteur", déclare Rekha Kumar, M.D., professeur adjoint de médecine au Weill Cornell Medical College et membre du Conseil d'examen médical de la prévention.

"Dans de nombreux cas de prise de poids induite par les médicaments, il serait prudent de consulter un médecin certifié par l'American Board of Obesity Medicine pour aider à la gestion du poids", explique le Dr Kumar. Cela peut impliquer la prescription de médicaments pour aider à la perte de poids qui peuvent contrecarrer le potentiel de gain de poids du médicament incriminé (mais nécessaire).

Ici, les médicaments les plus courants qui ont tendance à provoquer une prise de poids et les options dont vous disposez pour éviter les effets secondaires gênants.

La clé de cette classe de médicaments, qui peuvent être prescrits pour les maladies de la peau, les troubles sanguins, l'arthrite, est de les prendre le plus rapidement possible pour traiter votre maladie, explique le Dr Agarwal. &ldquoCes médicaments ont tendance à provoquer de l'insomnie, une augmentation de l'appétit et une rétention d'eau,», dit-elle&mdasha, une tempête parfaite pour la prise de poids. Le Dr Hall ajoute que, selon son expérience, environ 75 pour cent des patients qui prennent de la prednisone (un stéroïde sur ordonnance courant) pendant une période prolongée prennent du poids.

De nombreuses personnes remettent également en question l'utilisation de sprays nasaux stéroïdes, comme Flonase (ainsi que d'autres stéroïdes inhalés, suppositoires ou topiques). Ceux-ci ne sont pas directement associés aux mêmes problèmes de prise de poids que les stéroïdes oraux, car ce ne sont pas des médicaments à l'échelle du système. « Ils peuvent toujours entraîner une prise de poids avec une utilisation élevée, mais moins que les stéroïdes oraux », explique le Dr Kumar.

Ce qu'il faut faire: Demandez à votre médecin de vous prescrire la dose la plus courte et la plus efficace que vous puissiez prendre, explique le Dr Agarwal. Et pendant que vous prenez un stéroïde, faites ce que vous pouvez pour donner la priorité à un bon sommeil (par exemple, évitez le temps passé devant un écran quelques heures avant le coucher) afin d'avoir la meilleure chance d'éviter l'insomnie induite par les stéroïdes, qui peut provoquer un grand coup de pouce dans votre appétit.

Le Dr Agarwal dit que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les mdash comme le Prozac, le Zoloft et le Paxil partagent certains des plus gros contrevenants à la prise de poids. Pourquoi? Les ISRS agissent en bloquant un récepteur dans le cerveau qui réabsorbe la sérotonine, ce qui rend plus de ce produit chimique « bon » disponible pour envoyer des messages entre les cellules nerveuses. Bien que cela ait un effet positif sur l'humeur, cela peut également affecter l'appétit. &ldquoCe que nous constatons, c'est que ces médicaments peuvent vraiment augmenter les envies de glucides,», explique le Dr Agarwal. Et comme de nombreuses formes de glucides sont caloriques, la prise de poids s'ensuit naturellement.

Ce qu'il faut faire: Discutez avec votre médecin de la possibilité de prendre un antidépresseur connu pour entraîner le moins de prise de poids. Le Dr Agarwal dit que le bupropion (nom de marque, Wellbutrin) est une bonne option pour de nombreux patients.

Presque tous les types de médicaments antipsychotiques, tels que l'olanzapine, la clozapine et la rispéridone, entraînent une prise de poids, selon une étude de 2017 publiée dans le journal Maladie et traitement neuropsychiatriques, qui sont utilisés pour traiter des conditions comme la schizophrénie et la psychose. Et tandis que les patients verront leurs kilos augmenter rapidement au cours des premières semaines suivant le début de leur traitement, la prise de poids peut se poursuivre à long terme et parfois même des années. Semblable aux antidépresseurs, les chercheurs pensent que l'impact de ces médicaments sur certains récepteurs chimiques peut nuire au contrôle de l'appétit et au métabolisme d'un patient.

Ce qu'il faut faire: Si vous remarquez une augmentation de 5 % de votre poids après avoir pris un médicament antipsychotique pendant un mois, c'est un bon prédicteur que le médicament pourrait entraîner une prise de poids significative à long terme, notent les chercheurs. Dans ce cas, il est préférable de travailler avec votre médecin pour changer vos médicaments. Il ou elle peut également vous recommander un thérapeute qui peut vous aider à gérer les symptômes grâce à une thérapie cognitivo-comportementale ou un diététicien pour vous aider à gérer certains changements de style de vie.

Il a été démontré que certains contraceptifs entraînent une prise de poids, et le Dr Agarwal dit que le vaccin anticonceptionnel (Depo-Provera) est le principal d'entre eux. &ldquoGrâce à la dose de l'hormone progestérone, elle peut augmenter l'appétit,», dit-elle. D'autres formes de contraception peuvent également entraîner une prise de poids, bien que cela soit souvent dû à la rétention d'eau, dit-elle.

Ce qu'il faut faire: Il existe une pléthore d'options en matière de contrôle des naissances, explique le Dr Agarwal. "Souvent, mes patients constatent que les pilules à faible dose d'œstrogènes ou les DIU qui ne contiennent pas d'hormones n'ont aucun effet sur leur poids". vous remarquez une prise de poids indésirable.

Ces médicaments pour la tension artérielle et la prévention de la migraine sont connus pour provoquer un gain de poids de cinq à sept livres, explique le Dr Agarwal. En fait, une étude de 2016 publiée dans la revue Rapports de cellule ont découvert que les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine peuvent ralentir votre métabolisme et contribuer à l'obésité.

Ce qu'il faut faire: « En règle générale, la première ligne de traitement de l'hypertension artérielle est un diurétique, donc si l'un de ces médicaments vous a été prescrit, c'est probablement parce que le diurétique n'a pas fonctionné », explique le Dr Agarwal. Si vous prenez l'un de ces médicaments sur ordonnance pour l'hypertension artérielle, vous n'aurez peut-être pas beaucoup d'autres options pour traiter votre maladie, il est donc particulièrement important de rester au courant des modifications éprouvées du mode de vie qui empêchent la prise de poids, explique le Dr Hall. &ldquoMangez un régime à base de plantes et pauvre en sucre et faites beaucoup d'exercice et de sommeil,&rdquo ajoute-t-elle. Prendre ces mesures peut grandement contribuer à contrer tout gain de poids potentiel que ces médicaments peuvent provoquer.

Si vous prenez un antihistaminique tous les jours pour éviter les allergies (qu'elles soient saisonnières ou dues à votre animal de compagnie), voici une raison d'y réfléchir à deux fois : la recherche montre qu'une exposition chronique à ces médicaments contre les allergies en vente libre et sur ordonnance peut entraîner une prise de poids, en particulier chez les femmes . "Bien que nous ne sachions pas exactement pourquoi cela se produit, nous pensons que c'est parce que bloquer la production d'histamine dans le corps peut nous donner plus faim", explique le Dr Agarwal.

Ce qu'il faut faire: Tout d'abord, faites ce que vous pouvez pour éviter une trop grande exposition aux allergènes saisonniers, comme brosser ou essuyer votre animal après les promenades, garder les fenêtres fermées et laver vos vêtements juste après avoir passé du temps à l'extérieur. Bien sûr, ils peuvent toujours être évités, c'est pourquoi le Dr Agarwal recommande également de traiter vos symptômes localement si cela a du sens pour vous. "Beaucoup de gens prennent une pilule alors qu'ils n'ont besoin que d'un spray nasal pour leur congestion", dit-elle. &ldquoPourquoi donner des médicaments à l'ensemble du corps alors qu'une seule petite partie en a besoin ?&rdquo Assurez-vous cependant de contacter votre allergologue avant d'apporter des changements majeurs.

Il existe une variété de médicaments donnés pour la prévention des migraines, explique le Dr Agarwal, et beaucoup d'entre eux provoquent une prise de poids (les antidépresseurs tricycliques, ainsi que les médicaments antiépileptiques et les médicaments pour la tension artérielle sont les principaux coupables).

Ce qu'il faut faire: Si vous souffrez de migraines si graves que vous avez besoin de médicaments quotidiens, demandez à votre médecin si vous pourriez prendre une alternative au besoin, explique le Dr Agarwal. "Cependant, si vous faites cela, il est encore plus important de comprendre vos déclencheurs et de les éviter complètement", dit-elle. Par exemple, si vous savez que le vin rouge peut déclencher une mauvaise migraine, supprimez-le de votre alimentation. "Bien sûr, il peut être difficile d'apporter ces changements de style de vie, mais l'avantage est que vous traitez la cause première du problème", ajoute le Dr Hall.

Certains médicaments utilisés pour contrôler le diabète, tels que l'insuline, la pioglitazone et le glipizide, peuvent entraîner une prise de poids comme effet secondaire. Mais c'est assez normal, surtout si vous rencontrez déjà des problèmes de poids. Le glucose pénètre mieux dans vos cellules après avoir pris de l'insuline (ce qui signifie que le traitement fonctionne), et lorsque vous mangez plus de calories que vous n'en avez besoin, votre corps absorbe l'excès de glucose et le transforme en graisse.

Ce qu'il faut faire: La première étape de tout plan de traitement du diabète efficace consiste à ajuster votre apport calorique et à réorganiser votre routine d'exercice, selon la Cleveland Clinic. Mais si cela ne semble pas contrôler la balance, demandez à votre médecin d'essayer un autre type d'insuline ou de médicament contre le diabète. Par exemple, la metformine (un médicament oral) peut être prise seule ou avec l'insuline pour maintenir votre poids dans un endroit sain.


6 faits alarmants que vous ne connaissez pas sur l'eau fluorée

L'eau fluorée contient plus que vous ne le pensez peut-être.

Beaucoup d'entre nous ont été élevés en pensant que le fluorure dans nos eaux protège nos dents contre les caries dentaires et maintient nos dents et nos os solides. Ce qu'on ne nous a PAS dit, c'est que la consommation d'eau fluorée peut être problématique. Son impact sur notre santé, y compris nos os et nos dents, pourrait nous faire plus de mal que de bien.

Ouvrez vos yeux sur certains des faits alarmants sur l'eau fluorée ci-dessous.

Le début de la fluoration de l'eau

La fluoration de l'eau a commencé dans les années 1920, lorsque la fabrication d'aluminium était florissante. La production du métal a créé des déchets toxiques qui ont dû être éliminés à un coût substantiel. Les producteurs ont donc dû trouver des moyens innovants de réduire leurs coûts, notamment en faisant acheter leurs déchets par d'autres.

Ils ont commencé par commercialiser leurs déchets fluorés comme insecticides et raticides. Par la suite, ils ont trouvé un plus grand marché pour leurs déchets chimiques, en convainquant les gens que l'ajout de fluorure à l'eau aide à prévenir les caries. Les techniques publicitaires qu'ils ont utilisées étaient si convaincantes que les masses ont été achetées, même si les allégations des avantages de la fluoration étaient étayées par peu ou pas de preuves.

Le &ldquowrong type&rdquo de fluorure

Notre corps a besoin de fluorure, mais pas du type utilisé dans les eaux fluorées.

Dans la nature, le fluorure se présente sous forme de fluorure de calcium. Il se trouve dans le sol, les plantes et les plans d'eau naturels (par exemple, les rivières et la mer) et est bénéfique pour nos os et nos dents.

Cependant, différentes formes de fluorure sont généralement utilisées dans l'eau fluorée (par exemple, l'acide fluorosilicique, le fluorure de sodium, le fluorosilicate de sodium). Ces fluorures se lient généralement aux protéines de notre corps et sont mal absorbés.

Trop de fluorure peut vous tuer

En ce qui concerne le fluorure, nous n'avons besoin que de quelques milligrammes de cet oligo-élément chaque jour. En fait, le fluorure à des concentrations de 4 ppm est considéré comme dangereux et une surdose de fluorure peut tuer. Par conséquent, les dentifrices sont souvent accompagnés d'avertissements à tenir à l'écart des jeunes enfants.

Bien que seulement environ 1 ppm de fluorure soit généralement ajouté à l'approvisionnement en eau, cette concentration pourrait être problématique pour ceux qui ont une petite taille corporelle (par exemple les jeunes enfants), ainsi que pour ceux qui sont exposés à d'autres sources de fluorure, comme les fruits de mer, le raisin jus, bière et boissons en conserve, produits dentaires (p. ex. dentifrices, produits d'étanchéité), médicaments (p. ex. certains antidépresseurs, antibiotiques et médicaments contre l'asthme), certains suppléments vitaminiques, certaines eau en bouteille, ustensiles de cuisine en aluminium antiadhésif et fumée de tabac.

Le fluorure peut être mauvais pour les dents et les os

À 1 mg/L, le fluorure dans l'eau peut provoquer une fluorose dentaire et un processus où le fluorure s'affaiblit et endommage l'émail de vos dents. La situation est particulièrement problématique lorsqu'il s'agit de jeunes enfants, car ils ont une masse corporelle plus petite pour la même concentration du produit chimique ajouté dans les réserves d'eau.

Problèmes de santé provoqués par l'eau fluorée

Le fluorure dans votre eau peut supprimer votre glande thyroïde et vous apporter une hypothyroïdie, de sorte que vous pouvez ressentir une baisse des niveaux d'énergie, une immunité supprimée, une réduction de la libido et des gains de poids inexpliqués.

Le fluorure peut également augmenter l'accumulation de métaux dans votre corps, et la toxicité des métaux a été liée à des maladies comme la maladie d'Alzheimer et l'autisme. L'accumulation de fluorure dans la glande pinéale affecte également la production de mélatonine par votre corps, qui est impliquée dans la régulation de votre cycle veille-sommeil, ainsi que l'apparition de la puberté chez vos enfants.

Une étude réalisée en 2005 par la Harvard School of Dental Health a révélé que le fluorure dans l'eau augmentait le risque de cancer des os chez les jeunes garçons. It seems that fluoride damages the enzymes involved in DNA repair, which are essential in the prevention of cancer.

Les références
[1] Bollinger, Ty. Cancer: Step Outside The Box. 5th ed. USA: Infinity 510 510 Partners, 2011. Print.


Could Artificial Sweeteners Cause Weight Gain?

WEDNESDAY, July 10 (HealthDay News) -- Artificial sweeteners appear to disturb the body's ability to count calories and, as a result, diet foods and drinks may wind up encouraging weight gain rather than weight loss, an expert contends.

These sweeteners may also increase the risk of health problems like heart disease and diabetes, some evidence suggests.

In an opinion piece published July 10 in the journal Tendances en endocrinologie et métabolisme, Susan Swithers, a professor of behavioral neuroscience at Purdue University in West Lafayette, Ind., rounded up recent research on artificial sweeteners.

Commonly used sweeteners include sucralose, aspartame and saccharin, among others.

Swithers has been studying the effects of artificial sweeteners on rats, but the journal asked her to look at evidence of health effects in humans too.

Swithers said studies following people who regularly consume diet soft drinks over time have found that those people are at higher risk for weight gain and obesity than people who don't drink sodas at all.

A continué

Compared to people who avoid diet or regular soft drinks, diet soda drinkers also appear to have elevated risks for type 2 diabetes, heart disease and metabolic syndrome -- a group of symptoms that puts people at increased risk for those conditions.

What's more, Swithers said, the risks for these health effects seem to be similar in people who drink diet sodas compared to those who drink regular sodas, suggesting that there isn't much benefit in switching.

Some of those studies aren't conclusive, however, because they can't rule out the possibility that people were drinking diet sodas because they were gaining weight, not the other way around -- a problem called reverse causality.

One study of soda-drinking teens found that those assigned to swap regular soda for one diet soda every day gained less weight over the course of 18 months than those who kept drinking sugar-sweetened soda. The study didn't look at what might happen if teens were asked to drink water instead of sweetened beverages, however.

Not everyone agrees with Swithers's assessment of the research.

A continué

"The views in this opinion piece I found to be biased and speculative," said Theresa Hedrick, nutrition and scientific affairs specialist for the Calorie Control Council, a lobbying group for the manufacturers of artificial sweeteners. "She's presented only the research that supports her opinion and ignored the large body of scientific research that demonstrates the safety and benefits of low-calorie sweeteners."

"I think it's important to remember that low-calorie sweeteners are one aspect of a multifaceted approach to health or obesity prevention," Hedrick said. "They aren't magic bullets."

But Swithers said her animal studies support the counterintuitive notion that artificial sweeteners may lead to weight gain, even if they don't have any calories.

She said she's seen evidence of metabolic disruptions caused by artificial sweeteners in rats.

It basically goes something like this: In a world without artificial sweeteners, a taste of something sweet preps the brain and the gut for digestion of incoming calories. When the calories don't show, as happens with artificial sweeteners, those metabolic responses don't fire the way they should. Insulin doesn't increase hormones that increase the feeling of fullness and satisfaction aren't triggered and the brain doesn't get a feeling of reward from the dopamine that sugars release.

A continué

After a while, Swithers said, it's like the mouth keeps crying wolf, and the brain and gut stop listening. As a result, when real sugar and real calories come along, the body doesn't respond to them as strongly as it normally might. Calories don't end up making you feel as full as they should. They aren't as rewarding. So you don't get the signals that might stop you from eating when you should.

Artificial sweeteners may also facilitate something psychologists call cognitive distortions. That is, they allow us to trick ourselves into thinking we can eat more calories than we really should. Saving calories with a diet soda now means a slab of chocolate cake is OK later.

"I think there are multiple things that are contributing to this," Swithers said. "Psychology is a factor, but physiology can also be altered."

A continué

Based on her research, she said, water is the best bet for people who are trying to lose weight or improve other measures of health.

"The downside to drinking the diet sodas is that they may undermine these unconscious processes that could help us regulate our weight and other things like blood sugar," she said.


These Zero Calorie Drinks Promote Weight Gain Not Loss

I’m so happy to see that sales of Diet Coke and Pepsi keep plummeting… more people are wising up to the fact that these drinks are ridiculously horrible for the body and looking for healthier options. In their place, new zero-calorie drinks and flavored waters are flooding the market, and are now taking up some serious shelf space in major grocery stores. Some of these fruity waters and fizzy “sugar free” drinks are being promoted as health drinks – but are they really?

Unfortunately, many of them are filled with controversial additives that can be sabotaging your weight and your health – even if they have no calories, look like bottled water, or have really short ingredient lists! Let’s take a closer look at what’s in some of the most popular brands like Sparkling Ice and Cascade Ice. They sell these by the case at Costco, but are they truly any better than soda?

These drinks have “zero calories” because they are sweetened with Sucralose (an additive linked to cancer). The artificial colors in these drinks (Yellow 5, Red 40, and Blue 1) are derived from petroleum and linked to several health issues , including allergies, cancer, and hyperactivity in children. Europe requires any food containing dyes to carry the warning label , “May Have an Adverse Effect on Activity and Attention in Children” , but that’s not required here in the States. If that’s not bad enough, they’re also preserved with Potassium Benzoate, which can form the carcinogen Benzene when combined with vitamin C (which is present in some flavors). This is a toxic combo in a plastic bottle!

Don’t be fooled by “zero calorie” drinks and flavored waters with ingredients like these…

Perhaps they purposefully make the ingredients so hard to read on a bottle of Propel because they are so horrible!

Propel Flavored Water Black Cherry: Water, Citric Acid, Sodium Hexametaphosphate, Natural Flavor , Salt, Potassium Sorbate , Potassium Citrate, Sodium Citrate, Ascorbic Acid (Vitamin C), Sucralose, Acesulfame Potassium, Calcium Disodium EDTA , Calcium Pantothenate (Vitamin B5), Niacinamide (Vitamin B3), Vitamin E Acetate, Pyridoxine Hydrochloride (Vitamin B6).

Artificial (low-calorie) sweeteners won’t help you lose weight…

Propel, Nestle Splash, Dasani Flavored Water, Diet Snapple, and PowerAde Zero contain artificial sweeteners like sucralose, acesulfame potassium or aspartame. Although these have no calories, artificial sweeteners have been shown to contribute to weight gain by encouraging sugar cravings. Research finds they stimulate your appetite, increase sugar cravings, and promote fat storage and weight gain . Researchers from the University of Texas discovered that drinks made with artificial sweeteners will expand your waist girth , which is a risk factor for type 2 diabetes. When you drink something sweet – even when it has no calories – your brain is tricked into wanting more calories because your body is not getting enough energy (i.e. calories) to be satisfied. So you keep craving sweets, eating sweets, and gaining weight. This is why a lot of people never reach their full health potential or weight loss goals, because they are constantly being pushed around by these chemical artificial sweeteners that trick the brain and body.

They’re also loaded with health-wrecking preservatives…

Sodium Polyphosphate and Sodium Hexametaphosphate : These preservatives are full of phosphorous , which can create a mineral imbalance in the body. When you eat (or drink) phosphate additives like these often (which is really easy to do in our processed food world ) it can put you at risk for kidney damage, increased mortality, heart disease, and accelerated aging .

Calcium Disodium EDTA : This preservative is made from of formaldehyde, sodium cyanide, and ethylene diamine… yikes! Is this something you really want to drink every day? It has the ability to build up in the body, becoming more toxic if you drink it for several days in a row, which could possibly lead to health problems . It’s also known to lower your body’s ability to absorb vitamins (making all those B vitamins added to Propel pretty worthless).

Potassium Sorbate : This preservative has been shown to be genotoxic to white blood cells , which could lead to cancer. It has also been shown to induce DNA damage when combined with vitamin C (this combo is in Propel).

Acide citrique : Although this is naturally found in lemon and other fruits, the additive used in these drinks is typically derived from mold made with GMO corn (not from fruit). Frequent consumption is linked to an increase in tooth decay and also can irritate the gut.

Is Erythritol a safe sweetener?

Bai, Core, Hubert’s Diet Lemonade, Blossom Water, and Vitamin Water Zero are sweetened with the sugar alcohol erythritol. This sweetener can wreak havoc on healthy gut bacteria, which can lead to a whole host of diseases and if you’re trying to lose weight or stay slim , keeping your gut healthy is vital!

Erythritol is also known to cause diarrhea, stomach upset, headache when consumed in “normal amounts”, is a powerful insecticide , and can also increase appetite just like artificial sweeteners do so you’ll end up eating more food. Research by Cornell University shows that the body metabolizes erythritol and associates high levels of erythritol in the blood to weight gain, which has spawned more studies.

Although this is a naturally occurring sugar that is sometimes found in fruit, food manufacturers don’t actually use the natural stuff. Instead they usually start with GMO corn (unless organic or non-GMO verified) and then put it through a complex fermentation process to come up with chemically pure erythritol.

Some brands have versions that contain only two ingredients: water and natural flavors.

These drinks are better than a Diet Coke – but are they really as clean as they seem? I try to avoid natural flavors, especially if it’s in something that I’d consume often and in large amounts – like a drink.

Why you should avoid drinking “Natural Flavors”…

  • Each natural flavor may contain up to 100 ingredients , including synthetic chemicals such as the solvent propylene glycol, the preservative BHA, and GMO-derived ingredients (unless organic or Non-GMO Project verified).
  • The ingredients in natural flavors are considered proprietary and not disclosed either on the label or to a customer who inquires – so you have no clue what is in them.
  • Natural flavors can be derived from anything in nature, including animal parts. The only difference between natural and artificial flavors, is that natural flavors are derived from things found in nature (such as beaver glands).
  • They can also legally contain naturally occurring “glutamate” by-products that act like MSG, which is an excitotoxin. Excitotoxins make food irresistible to eat but can cause stroke, Alzheimer’s Disease, Parkinson’s Disease, obesity, migraines, fatigue, and depression.
  • Flavors are designed to have addictive qualities and increase food cravings , contributing to what David Kessler (former head of the FDA) calls a “food carnival” in your mouth. They trick your mind into wanting more and more. The Big Food Companies are hijacking your taste buds one by one, and lining their corporate pockets at the same time as we buy more products with these addicting synthesized flavors in them. If you are having increased food cravings while guzzling down drinks full of natural flavors, you may want to take a closer look at what you are drinking.

The Hint Flavored Water lawsuit is exposing natural flavors for what they really are…

Although the ingredient label on Hint Flavored Water just states purified water and natural flavors, Hint has been sued because their drinks contain propylene glycol – a synthetic ingredient. Propylene glycol is one of the hidden ingredients that was (and may still be) used in their natural flavors and doesn’t need to be listed on the label. This goes back to my point that whenever you are drinking something with natural flavors, it is not necessarily natural and you don’t know what’s really in the bottle.

LaCroix states their flavors contain no artificial ingredients, but they also are not under any obligation to disclose exactly what’s in them, so we just have to take their word for it.

“There is no legal requirement to disclose what’s in the natural flavor. So customers have no choice but to believe companies when they say they don’t use artificial additives in their flavors.”

I don’t consider it safe to drink out of cans often because of the BPA that is usually present in them. This is what LaCroix says about the presence of BPA in their cans, which I don’t find reassuring, especially since I know how inefficient the FDA is at setting “guidelines” for the chemicals in our food…

“All LaCroix products meet the guidelines set by the FDA and are completely safe to drink. Recently, media reports have raised questions about the use of bisphenol A (BPA) by can and bottle manufacturers. While can linings may contain trace amounts of BPA to prevent spoilage and protect food and beverages from direct contact with the can, these trace amounts are virtually eliminated during the curing process.”

I personally prefer the taste of a real squeeze of lemon or fruit juice in my water over anything that is found in these drinks – they just taste artificial to me and I like to know exactly what I’m drinking.

I feel like if something tastes like lemon, then it should actually contain lemon! And it honestly just takes two seconds to squeeze some fresh lemon juice (or grapefruit or whatever fruit you’d like) into sparkling water and know exactly what you’re drinking. That’s not to mention all the nutrients that you are getting from the lemon juice as well…because natural flavors may have zero calories , but they also have zero nutrition et fournissent zéro bienfaits pour la santé .

What you are drinking is as important as what you are eating every day.

My main go-to drink is plain filtered water. I filter my own water at home and always carry a stainless steel or glass container of filtered water around with me – to the gym, in the car, to meetings, and even to some restaurants! Drinking toxin-free water makes a major difference in the way I feel and I consider it a vital part of my everyday life. But, it can be boring to just drink water all the time! These are some other healthy drinks I personally enjoy:


8 Conditions That Could Explain Your Sudden Weight Gain

Diet and exercise alone aren't the only things that affect the number on the scale.

You know you might put on extra pounds if you regularly skip barre class or keep selecting M&Ms when you hit up the office vending machine. But if you haven’t changed your eating and exercise habits yet the number on the scale has suddenly crept up, something more could be going on.

Carrying extra pounds isn&apost necessarily a problem, of course. But it could signal an underlying medical issue you&aposll want to address. Maybe it&aposs a hormone condition, or a mood disorder, or another factor altering your physiology without you realizing it. The only way to be 100% sure of what it means is to consult your doctor. In the meantime, consider these 8 health-related reasons that might explain why the scale has soared.

An underactive thyroid (hypothyroidism)

Aside from realizing that your jeans are more snug, have you noticed other body changes—like exhaustion, drier skin, or thinner hair? These are all signs of hypothyroidism, a condition in which the butterfly-shaped thyroid gland in your neck isn’t producing enough of thyroid hormone. Your thyroid is kind of a master gland controlling many body functions, so when it&aposs not working right, symptoms appear throughout your system.

A major function it controls is your metabolism. “Think of your body as a car. You have an engine, and the thyroid hormone maintains the idling of the engine,” Michael Nusbaum, MD, bariatric surgeon and founder of Healthy Weight Loss Centers, tells Santé. “If you’re not producing enough thyroid hormone, your idle gets turned down and you’re not burning as much energy overall.” When your resting metabolism slows, it decreases the amount of calories you burn throughout the day.

One in eight women will develop a thyroid disorder during her lifetime, according to the American Thyroid Association. Dr. Nusbaum says other symptoms to look out for are muscle weakness, constantly feeling cold, bloating, and constipation. If your doctor diagnoses hypothyroidism, you’ll likely be prescribed an oral replacement for thyroid hormone that can alleviate symptoms, including weight creepage, within weeks.

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

PCOS is another condition caused by out-of-whack hormones. This endocrine disorder is characterized by an imbalance in the sex hormones estrogen and testosterone (women produce testosterone too, though in much smaller quantities than men do). This imbalance leads to irregular periods, acne, and even facial hair growth.

This disorder, which strikes one in 10 women of childbearing age, also disrupts the way the body uses insulin—the hormone responsible for converting carbohydrates into energy, Dr. Nusbaum says. Yep, you guessed it, that means weight gain. When your body becomes insulin resistant, the sugars and starches you consume are stored as fat instead of turned into fuel, he explains.

While there’s no cure for PCOS, women who have it can manage their symptoms with lifestyle changes as well as medication. Your doctor will help you find the method that’s right for you.

Mood disorders like depression and anxiety

Dealing with anxious or sad feelings by mindlessly munching is something almost all of us do on occasion. But either of these mood disorders can make overeating a regular coping mechanism. Dr. Nusbaum gives the example of breaking open a bag of chips, and after three, four, then five handfuls, “you’re not even tasting the chips anymore, your taste buds are completely saturated with the flavor, but you’re still eating, and you’re thinking, Why am I still eating?

Depression and anxiety can both bring on fatigue, irritability, and a lack of focus. All three can throw you off your game when you work out or lead you to ditch the gym altogether. and pretty soon, pounds pack on.

Reflect on your mood over the past few weeks. If you’ve been consistently down on yourself, on edge, disinterested in things you usually enjoy, or have had trouble sleeping, consider asking your MD for a referral to a mental health professional. A therapist can help get to the bottom of what’s going on, and with proper treatment, help you keep extra pounds at bay.

Perimenopause and menopause

How the five or so years leading up to menopause affects you partially depends on genetics, Dr. Nusbaum says. “I joke around with my patients because they’ll typically come in saying, ‘Holy crap, I’m starting to look like my mother.’” One way to get an idea of the way your body will change during perimenopause and then menopause itself is by asking your mom what changes she noticed in herself. Though your experience could be different than hers, there’s a good chance it’ll be similar—so if she began gaining weight at this point in her life, it could be the explanation for your weight change.

Once again, hormones are to blame for the extra pounds. "The rapid reduction in the amount of hormones present in your body throws you off kilter pretty quickly,” Dr. Nusbaum says. Lifestyle changes can help, so talk to your ob-gyn.

Cushing's disease

Cortisol is nicknamed the stress hormone, Diondra Atoyebi, DO, family physician at Piedmont Healthcare in Georgia, tells Santé your body releases it in response to overwhelming or dangerous situations. But when your system makes too much cortisol over an extended period of time, you can develop Cushing&aposs disease. One unpleasant side effect: abnormal fatty deposits in the abdominal area and around the face.

If you’re taking long-term steroids, you’re more likely to develop Cushing&aposs disease, Dr. Atoyebi says. The condition can also be brought on by tumors on the pituitary gland in the brain, which triggers an uptick in the production and release of adrenocorticotropic hormone—the catalyst that signals the adrenal glands to produce cortisol.

Weight gain is a hallmark sign of Cushing&aposs, but other symptoms include discolored stretch marks, acne, and fragile skin. Depending on the cause, Cushing&aposs disease can be treated in a variety of ways. If you have Cushing&aposs disease, your doctor will help you determine what&aposs best.

An ovarian or uterine tumor

Earlier this month, a 53-year-old woman in Singapore had a 61-pound tumor removed from from her uterus after showing up at the hospital struggling to breathe. To grow so large, the tumor was likely developing inside her for years. It&aposs an extreme case, sure. But it shows that if left untreated, large pelvic area tumors, such as uterine or ovarian tumors, can distend the abdomen the way excess fat does and send the scale soaring. In the case of the Singaporean woman, the tumor was benign, but others can be cancerous.

In addition to weight gain, symptoms of ovarian or uterine tumors include lower back pain, vaginal bleeding, painful intercourse, and constipation. But these signs are common for other conditions as well, Dr. Nusbaum says, which is why you should always consult your doctor to confirm the root cause of the problem.

Des médicaments

Before starting any new OTC or prescription medication, ask your doctor if extra pounds are a possible side effect. Psychiatric medications, especially for depression and bipolar disorder, commonly cause weight gain, Dr. Nusbaum says. “They act centrally on the brain, and while they intend to lower your depression, they inadvertently increase your desire to eat.”

Meds that combat high blood pressure can also cause extra poundage, Susan Besser, MD, family practitioner at Mercy Personal Physicians in Maryland, tells Santé. Another culprit is taking insulin, a frustrating side effect for people who are battling diabetes�use maintaining a healthy weight is crucial to managing the disease. Staying active and sticking to a strict meal plan can help you take insulin without adding pounds.

Insomnie

If you rock up to work on only four hours of sleep, you&aposll probably turn to snacking to give you the energy to get through the day. Why does exhaustion trigger cravings? Dr. Besser says lack of sleep messes with your hunger-regulating hormones. Levels of ghrelin, a hormone that tells your body it&aposs time to eat, increase after a restless night. At the same time, leptin, the hormone that signals fullness, may plunge. Put the two together, and no wonder your belt feels tight.

Sleep deprivation can also affect your decision making. Let&aposs say you can eat either a banana or a cookie. When you&aposre tired, you become more impulsive, and that impulsivity can coax you into grabbing that Oreo. Une étude de 2018 publiée dans le American Journal of Clinical Nutrition found that getting more shuteye can mean consuming up to 10 fewer grams of sugar throughout the day. That&aposs the best reason to turn in early that we&aposve heard in a long time.


Fluoride, Thyroid, & Dogs

An investigation by the Environmental Working Group found that commercial dog food contains very high levels of fluoride (due, in part, to the presence 0f fluoride-rich bone particles). Since dogs have been found to suffer a high incidence of hypothyroidism, the relationship between fluoride contamination and thyroid disease in dogs deserves further attention, particularly since it was fluoride’s production of goiter in dogs that first prompted the idea that fluoride could be an anti-thyroid agent. (Maumene 1854).

  • Bachinskii PP et al. 1985. Action of the body fluorine of healthy persons and thyroidopathy patients on the function of hypophyseal-thyroid the system. Probl Endokrinol (Mosk) 31(6):25-9.
  • Burgi H, et al. (1984). Fluorine and the Thyroid Gland: A Review of the Literature. Klin Wochenschr. 1984 Jun 1562(12):564-9.
  • Caldwell KL, et al. (2008). Iodine status of the U.S. population, National Health and Nutrition Examination Survey 2003-2004. Thyroïde 18(11):1207-14.
  • Choi AL, et al. (2012). Developmental Fluoride Neurotoxicity: A Systematic Review and Meta-Analysis. Perspectives de santé environnementale 2012 Jul 20. [Epub ahead of print]
  • Galletti P, Joyet G. (1958). Effect of fluorine on thyroidal iodine metabolism in hyperthyroidism. Journal of Clinical Endocrinology 18(10):1102-1110.
  • Gas’kov A, et al. (2005). The specific features of the development of iodine deficiencies in children living under environmental pollution with fluorine compounds. Gig Sanit. Nov-Dec(6):53-5.
  • Gencer B, et al. (2012). Subclinical thyroid dysfunction and the risk of heart failure events: An individual participant data analysis from six prospective cohorts. Circulation 2012 Jul 19. [Epub ahead of print]
  • Guan ZZ, et al. (1988). Synergistic action of iodine-deficiency and fluorine-intoxication on rat thyroid. Journal Médical Chinois 101(9):679-84.
  • Hong F, et al. (2001). Research on the effects of fluoride on child intellectual development under different environmental conditions. Chinese Primary Health Care 15: 56-57.
  • Hosur MB, et al. (2012). Study of thyroid hormones free triiodothyronine (FT3), free thyroxine (FT4) and thyroid stimulating hormone (TSH) in subjects with dental fluorosis. Journal européen de dentisterie 6:184-90.
  • Klein RZ, et al. (2010). Relation of severity of maternal hypothyroidism to cognitive development of offspring. Journal of Medical Screening 8(1):18-20.
  • Haddow JE, et al. (1999). Maternal thyroid deficiency during pregnancy and subsequent neuropsychological development of the child. Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre 341(8):549-55.
  • Lin F, et al (1991). The relationship of a low-iodine and high-fluoride environment to subclinical cretinism in Xinjiang. Endemic Disease Bulletin 6(2):62-67 (republished in Iodine Deficiency Disorder Newsletter Vol. 7(3):24-25).
  • Lin F, et al. (1986). A preliminary approach to the relationship of both endemic goiter and fluorosis in the valley of Manasi River, Xin-Jiang to environmental geochemistry. Chinese Journal of Endemiology 5(1):53-55.
  • Maumené E. (1854). Experiencé pour déterminer l’action des fluores sur l’economie animale. Compt Rend Acad Sci(Paris) 39:538-539.
  • Mikhailets ND, et al. (1996). Functional state of thyroid under extended exposure to fluorides.Probl Endokrinol (Mosk) 42:6-9.
  • National Research Council. (2006). Fluoride in drinking water: a scientific review of EPA’s standards. National Academies Press, Washington D.C.
  • Peckham S, et al. (2015). Are fluoride levels in drinking water associated with hypothyroidism prevalence in England? A large observational study of GP practice data and fluoride levels in drinking water. Journal of Community Health & Epidemiology [Publication électronique avant impression].
  • Pontigo-Loyola A, et al. (2008). Dental fluorosis in 12- and 15-year-olds at high altitudes in above-optimal fluoridated communities in Mexico. Journal of Public Health Dentistry 68(3):163-66.
  • Ren D, et al. (1989). A study of the intellectual ability of 8-14 year-old children in high fluoride, low iodine areas. Chinese Journal of Control of Endemic Diseases 4:251.
  • Rodondi N, et al. (2010). Subclinical hypothyroidism and the risk of coronary heart disease and mortality. JAMA 304(12):1365-74.
  • Susheela AK, et al. (2005). Excess fluoride ingestion and thyroid hormone derangements in children living in New Delhi, India. Fluorure 38:98-108.
  • Wang X, et al. (2001). Effects of high iodine and high fluorine on children’s intelligence and thyroid function. Chinese Journal of Endemiology 20(4):288-90.
  • Xu Y, et al. (1994). The effect of fluorine on the level of intelligence in children. Endemic Diseases Bulletin 9(2):83-84.
  • Yang Y, et al. (1994). The effects of high levels of fluoride and iodine on intellectual ability and the metabolism of fluoride and iodine. Chinese Journal of Epidemiology 15(4):296-98 (republished in Fluorure 2008 41:336-339).
  • Yao Y, et al. (1996). Analysis on TSH and intelligence level of children with dental Fluorosis in a high fluoride area. Literature and Information on Preventive Medicine 2(1):26-27.
  • Yu Y. (1985). Study on serum T4, T3, and TSH levels in patients with chronic skeletal fluorosis. Chinese Journal of Endemiology 4(3):242-43.
  • Zhao W, Zhu H, Yu Z, Aoki K, Misumi J, Zhang X. 1998. Long-term effects of various iodine and fluorine doses on the thyroid and fluorosis in mice. Endocrine Regulation 32(2):63-70.

Related Videos:

Dr. Vyvyan Howard on Fluoride in Drinking Water

Fluoride & the Thyroid Gland

Related Articles:

Health Warning: The Thyroid and Fluoride

There are four important lines of evidence that indicate fluoride interferes with the thyroid gland. This article briefly summarizes each of these four areas.

Decrease of Iodine Intake Found in Americans

The iodine status of Americans has changed significantly over the past 20 years, according to a Centers for Disease Control and Prevention (CDC) study published in October's Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. While there were concerns in the 1970's and 1980's about possible high iodine intake, a laboratory indicator

Related Studies:

The Relationship Between Fluoride Exposure & Goitre in South Africa

As a general rule simple goitre, irrespective of the cause, can be very, or fairly, satisfactorily combated by an adequate increase in man's daily iodine intake, except when the enlargement of the gland is due to the ingestion of excessive amounts of fluorine. The only correct solution to fluorine-induced endemic goitre is the removal of this element from the drinking water.

Fluorine in the Aetiology of Endemic Goitre

The distribution of endemic goitre in the Punjab and in England is related to the geological distribution of fluorine and to the distribution of human dental fluorosis (mottled enamel). Inquiry showed the presence of dental fluorosis among school-children in two areas of Somerset where two previous observers had recorded a high incidence of goitre, and the absence of dental fluorosis in an adjoining area selected as control where endemic goitre was absent.

Fluoride, Water Hardness, and Endemic Goitre

Variations in goitre prevalence were found to correlate closely with the fluoride content (p=0-74 P

Fan newsletter

Sign up for our free newsletter for updates on the latest fluoride developments.